A l’occasion de la Journée internationale des femmes et filles de science, les Instituts interdisciplinaires d’Intelligence Artificielle de Grenoble, Nice, Paris et Toulouse vous invitent à conférence en ligne qui se tiendra le 11 février de 11h à 12h30.

Pourquoi est-il important d’avoir une égalité homme-femme dans le monde de l’IA ? Qu’apportent les femmes aujourd’hui au monde de l’IA ? Comment encourager les femmes à aller vers les métiers de l’intelligence artificielle ?

Le 11 février, académiques, universitaires, entrepreneures, industrielles et professionnelles de l’IA se réunissent à l’occasion d’une table ronde qui leur permettra de nous parler de leur parcours, nous partager leurs expériences de “femmes et filles de sciences” et de répondre aux questions que nous pouvons nous poser sur le rôle des femmes dans l’IA.

L’intelligence artificielle (IA) contribue à  façonner la société de demain. C’est elle qui révolutionne le monde des services, de l’industrie, de l’agriculture ou des télécommunications. Pour créer et gérer des projets liés à l’intelligence artificielle, il est nécessaire de disposer des bonnes données avec lesquelles entraîner des algorithmes souvent complexes. Or, c’est sur la qualité de ces données et leur pertinence que repose tout projet d’IA. Il est primordial que ces dernières soient fiables et représentatives de la société.

De nombreux acteurs se penchent depuis quelques temps sur la question de l’égalité femmes-hommes dans le numérique, par exemple la Commission Européenne ou l’UNESCO.

C’est également une préoccupation et priorité de nos Instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle, qui ont déjà organisé une table ronde commune le 8 mars 2021 afin de sensibiliser les communautés de l’IA (universitaires et industriels) en dressant un état des lieux des inégalités femmes-hommes et un panorama des initiatives menées aujourd’hui au sein de ces instituts.

Cette conférence est ouverte à toutes et tous et sera accessible en live sur la Chaine Youtube d’ANITI

Les intervenantes

Anne Siegel est directrice de recherche au CNRS et exerce ses activités au laboratoire IRISA, à Rennes, dans le domaine de la bioinformatique et des méthodes de modélisation basée sur des techniques de représentation des connaissances pour comprendre le fonctionnement de systèmes biologiques à grande-échelle. A l’IRISA, elle a dirigé l’équipe de recherche Dyliss, puis a été responsable du département “Représentation des données et connaissances” et de la commission-parité du laboratoire. Depuis septembre 2021, elle exerce la fonction de Directrice Adjointe Scientifique pour le CNRS, à l’INS2I (institut des sciences de l’information et de leurs interactions), où elle est en charge de l’interdisciplinarité, des interfaces entre les sciences du numérique et les autres disciplines, du suivi des GDR rattachés à l’INS2I, et de la politique parité de l’INS2I.

© photo Xavier PIERRE / CNRS

Lucile Sassatelli, est professeure associée à l’Université Côte d’Azur, France, depuis 2009. Nommée junior fellow de l’Institut Universitaire de France (IUF) en 2019, elle a obtenu un doctorat de l’Université de Cergy Pontoise en 2008 et son habilitation professorale en 2019. Elle a été effectué son post-doc au MIT, Cambridge, USA. Coordinatrice de plusieurs projets collaboratifs, Lucile est également référente Egalité pour l’I3S au CNRS INS2I.

Adela Barbulescu est PDG et cofondatrice d’Emoface.  Après avoir entamé ses études en informatique en Roumanie, elle se spécialise en computer vision au Danemark, Espagne, puis en France où elle rejoint l’Université Grenoble-Alpes. De 2012 à 2016, elle y consacre sa thèse en informatique à la génération d’émotions chez des avatars en 3D. Elle comprend que ses recherches peuvent être utiles aux personnes qui éprouvent des difficultés à déchiffrer les expressions faciales et les émotions. En 2017, Adela fait la connaissance de Mayra Lima, designer UI/UX spécialisée dans les applications pour l’autisme. Ensemble, elles décident de combiner leurs recherches respectives en un projet qui leur tient à cœur : mettre l’innovation technologique et le design au service des personnes présentant des difficultés socio-émotionnelles. 

Avec une formation en génie informatique et en science des données, Alphanie Midelet est passionnée par l’exploration de données cliniques et l’application de méthodes de science des données pour comprendre les données cliniques et améliorer les pratiques cliniques. Ses travaux portent sur l’analyse des données de télésurveillance enregistrées par des appareils utilisés la nuit par des patients souffrant d’apnée obstructive du sommeil. Son sujet de thèse implique l’analyse de séries chronologiques, la détection de points de rupture et l’analyse statistique en général.

Laetitia Kameni dirige les activités de R&D en Intelligence Artificielle chez Accenture Labs à Sophia Antipolis. Accenture Labs donne un aperçu de la façon dont la technologie façonnera l’avenir et inventera la prochaine vague de solutions commerciales de pointe. Laetitia travaille à identifier, incuber, prototyper de nouveaux concepts et fournir des applications de technologies innovantes et émergentes. Elle se concentre sur l’apprentissage automatique préservant la confidentialité (approches de confidentialité des données, apprentissage collaboratif) et sur les nouveaux scénarios commerciaux et applications connexes pour l’industrie. Auparavant, Laetitia a travaillé dans le prototypage et la livraison de solutions client avec un accent sur l’analyse, les canaux numériques, les médias sociaux et la mobilité (commerce mobile / paiements mobiles). Laetitia est titulaire d’un Master en Informatique et Systèmes d’Information.

Après l’obtention d’un diplôme en marketing et études de marché à l’EM Lyon Business School, Delphine Aguiléra Caron intégre les équipes commerciales de Nestlé puis de Colgate-Palmolive. A partir de 2005, elle poursuit sa carrière chez Bristol-Myers Squibb, entreprise américaine biopharmaceutique. En 2017, elle rejoint Janssen en tant que responsable Europe de la stratégie pour l’immunologie, le cardiovasculaire-métabolisme et les produits matures.  Deux ans après son arrivée au sein du groupe, elle prend la direction de Janssen Autriche, devenue première entreprise pharmaceutique du pays sous son leadership.
Delphine est nommée Présidente de Janssen-Cilag France depuis le 1er Septembre 2021 et est Présidente du Fonds de dotation Janssen Horizon. Elle est également membre du Conseil d’Administration de l’Agipharm et du LEEM.
Son ambition pour Janssen France est de continuer à mettre à disposition des patients souffrant de maladies graves des innovations thérapeutiques de pointe et de piloter les enjeux opérationnels de L’entreprise en ayant toujours à cœur de mener les équipes vers le succès dans le respect des valeurs de l’entreprise et en capitalisant sur la responsabilité de cette dernière qu’elle soit sociale, sociétale ou environnementale.

Replay

close

Ne manquez rien !

Inscrivez-vous pour recevoir l'actualité d'ANITI chaque mois.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

Categories: Événements

fr_FRFrench