Lutter contres les stéréotypes

Pour construire une IA éthique, une des clefs est de lutter contre les stéréotypes, quels qu’ils soient, sous peine que l’IA reproduise les biais qui en découlent. La commission mixité contribue à son échelle à ce défi de taille.

Un algorithme peut devenir « sexiste » du fait que les données d’apprentissage peuvent être biaisées et que les algorithmes sont conçus à 88% par des hommes*. En réponse à cela, on peut détecter et éliminer les biais dans les données et dans les algorithmes, ce qui constitue un axe de recherche majeur d’ANITI, mais aussi impliquer davantage les femmes.

Historiquement, les femmes ont occupé une place importante en informatique, puis elles s’en sont progressivement éloignées. De plus, l’IA est multidisciplinaire, des mathématiques aux sciences cognitives, en passant par les neurosciences et l’informatique. Progressivement ces matières se sont masculinisées. La spécialité Numérique et Science Informatique est choisie en 2020 par 15 à 20% de lycéen.nes dont moins de 3% de filles. Il y a à peine 10% d’étudiantes à l’université en informatique. Au final, l’IA pâtit de cette absence de « vocations» féminines**.

Mais il est possible de ré-intéresser les filles aux sciences en général, au numérique en particulier. Par exemple, les écoles comme Girls who Code aux États-Unis, rencontrent un grand succès.

Face à ce constat, ANITI a mis en place une commission  en vue de contribuer à la diversité de genre en IA. Au-delà d’améliorer le taux de présence féminine dans ANITI, il s’agit de sensibiliser le grand public aux enjeux de l’IA éthique et d’inciter les femmes de tous âges à travailler dans les domaines de l’IA.

* Aude Bernheim et Flora Vincent ,Intelligence Artificielle : pas sans elles ,  collection « Egale à Egal »,

** Science, technologie, ingénierie et mathématiques. À lire : «  Plus de femmes dans les STEM : science, technologie, ingénierie et mathématiques. ( journaldunet.com)

Les actions

La commission définit et lance des actions visant à combattre les préjugés sur l’IA et à lutter contre les stéréotypes de genre. La cible est en priorité le milieu scolaire, filles et garçons, car on sait que les stéréotypes sont ancrés dès le plus jeune âge. La commission a aussi pour ambition d’accroître au fil du temps  le nombre de filles dans les métiers de l’IA.

La commission veille à la représentativité des femmes dans les événements auxquels ANITI participe. Elle est aussi vigilante sur l’aspect mixité dans la diffusion de la culture scientifique, comme la création d’un jeu pédagogique pour les lycéen.ne.s qui inclut la sensibilisation aux biais et un débat sur les enjeux d’une IA acceptable.

Ces actions se font en coordination avec le Rectorat, la Région, les établissements académiques et les associations qui œuvrent contre les inégalités H/F. En outre, un réseau d’ambassadrices et d’ambassadeurs ‘Mixité en IA’ issus de chaque entreprise partenaire d’ANITI sera mis en place et  servira de relais et force de propositions pour toutes ces actions.

Contact :
aniti-gt-mixite@univ-toulouse.fr

Composition de la commission

Animation

  • Marjorie Allain-Moulet, Co-Pilote Industrielle du programme de recherche IA Acceptable
  • Mohamed Kaâniche, Directeur Scientifique Adjoint d’ANITI

Membres 

  • Catherine Dematteïs, responsable de la communication à la Délégation Occitanie Ouest du CNRS
  • Mélanie Ducolombier, responsable communication, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Alix Fauque de Jonquières, chargée de communication ANITI, service communication, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Catherine Gadon, responsable service diffusion de la Culture Scientifique et Technique, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Corinne Joffre, Secrétaire Générale d’ANITI, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Gwenael Kaminski, chargé de mission, service diffusion de la Culture Scientifique et Technique, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Florence Sedes, IRIT, Présidente du groupe « Femmes et Informatique » de la Société Informatique de France ; et de Femmes et Science Occitanie Toulouse
  • Chantal Soulé-Dupuy, directrice de la Graduate School d’ANITI
  • Nicolas Viallet, directeur opérationnel d’ANITI, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées