Dans le cadre de leur stratégie de diffusion des connaissances en lien avec l’intelligence artificielle (IA), ANITI) et Ekitia (ex Occitanie Data) ont conçu une ambitieuse enquête régionale afin de sonder les habitants d’Occitanie sur leur rapport à l’IA, présentée ce jeudi 22 septembre aux journalistes à l’occasion d’une conférence de presse de lancement en présence de Marc Renner, Administrateur provisoire de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, Nadia Pellefigue, Vice-Présidente de la Région Occitanie.

Les résultats de cette consultation permettront de dresser une cartographie sur les connaissances de cette technologie et l’appréhension de son usage dans notre quotidien, qu’il soit personnel ou professionnel. Adressée à quatre publics différents
, il s’agit d’une première à l’échelle nationale dont les résultats seront partagés en premier lieu avec les citoyens afin de les éclairer sur les enjeux sociétaux de l’IA, avec la communauté académique et les décideurs économiques.

Des réseaux sociaux aux applications GPS, l’IA est déjà dans notre quotidien. Comment vivre avec ? Comment en faire le meilleur allié de l’humain ? Comment éviter les dérives ? Souvent confrontées à de la défiance face à cette technologie, les équipes d’ANITI et d’Ekitia font le constat qu’il n’y a pas de connaissance claire sur l’opinion de la population quant aux possibilités de l’IA et leur place dans la société de demain.

Entre craintes plus ou moins fantasmées et inquiétudes éthiques, le degré de connaissance du grand public n’est pas précisément identifié. Ce projet donne ainsi l’opportunité aux citoyens de prendre la parole sur un sujet majeur, au cœur de leur quotidien.

Entre enthousiasme et inquiétude, l’IA laisse peu d’entre nous indifférents. Chacune et chacun de nous doit être en capacité de comprendre les enjeux de la donnée et de l’IA face à une technologie qui bouleverse notre quotidien. En consultant directement les citoyennes et citoyens d’Occitanie, nous travaillons à les rendre acteurs de leur avenir numérique

Bertrand Monthubert, Président d’Ekitia et du CNIG (Conseil National de l’Information Géographique).

Partageant la valeur d’une IA de confiance, et soutenus par la ., ANITI et Ekitia ont été accompagnés dans l’élaboration de la méthodologie de cette consultation citoyenne par un comité scientifique pluridisciplinaire composé de chercheurs, d’industriels, de représentants de l’Éducation Nationale et de citoyens. Le champ du public visé est large : collégiens, étudiants, professionnels du numérique et néophytes. Avec l’ambition de recueillir plusieurs milliers de réponses, cette consultation inédite sera la plus vaste jamais réalisée en France sur le sujet.

« L’intelligence artificielle est connue de tous, sans pour autant que chacun ait une idée précise de sa définition, de son fonctionnement et de ses implications. Loin d’être purement technologiques, ses enjeux touchent au coeur même de la démocratie et des libertés. Il est donc fondamental qu’à côté des actions de recherche et de formation se déploient des initiatives de science participative et de diffusion de la culture scientifique relative à l’IA. Cette consultation représente donc une démarche indispensable permettant une appropriation des sujets de l’IA par les citoyens ! »

Marc Renner, Administrateur provisoire de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées”

Cette consultation qui dure environ 10 minutes et qui se décline en quatre enquêtes distinctes, chacune spécifique à un public cible, aborde les connaissances en matière d’IA et l‘appréhension des citoyens par rapport à des enjeux essentiels comme l’usage des données personnelles, la collaboration humain-machine, la non-discrimination ou la sobriété énergétique. A la fin de la consultation, les citoyens peuvent accéder à une restitution interactive des réponses collectées et être informés d’avancées actuelles en IA.

La consultation, lancée pour 6 mois, permettra de dresser un état des lieux afin de :

Renforcer des actions de sensibilisation sur l’IA (exposition, conférences – débat, dossiers pédagogiques…) adaptées à chacun des publics, avec des actions particulièrement ciblées vers le public scolaire (élèves et enseignants) ;

Produire des éléments d’analyse sur la perception de la transformation du travail par l’IA à partir notamment des réponses exprimées par les professionnels de l’IA ;

Partager avec la communauté académique, les décideurs socio-économiques et politiques les conclusions permettant d’établir de nouvelles orientations pour mettre l’IA et l’utilisation de la donnée au service des concitoyens.

Une analyse complète des réponses sera réalisée par des scientifiques, mais également lors d’un événement participatif ouvert aux citoyens et aux citoyennes. La méthode, les données et les analyses seront restituées le plus largement possible au public et ce, conformément au principe de la science ouverte.

Nous avons des attentes toutes particulières concernant la position des futurs répondants sur certains points bien spécifiques de cette consultation : sur la question de l’intention d’une IA, le contrôle des technologies d’IA, les champs d’applications de l’IA (médical, juridique, administratif…) ou encore sur le partage de données, élément récurrent du débat sur ce sujet.

Gwenaël Kaminski, enseignant-chercheur en sciences cognitives à l’Université Jean-Jaurès, chargé de mission à l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées et coordinateur de la consultation.

Cette consultation citoyenne sur l’IA, en contribuant au dialogue science-société, vise à renforcer le pouvoir d’agir des participants et des participantes, et générera des actions concrètes à l’échelle du territoire régional, qui seront partagées nationalement par les réseaux académiques.

Télécharger le communiqué de presse

close

Ne manquez rien !

Inscrivez-vous pour recevoir l'actualité d'ANITI chaque mois.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

Categories: News

en_GBEnglish