Depuis plusieurs semaines, des enseignants s’arrachent les cheveux face à l’usage de ChatGPT dans les devoirs de leurs étudiants. Le directeur scientifique d’ANITI, Nicholas Asher, a répondu aux questions de France 3 Occitanie.

“Cet outil a été entraîné pour retenir les mots, à chaque fois qu’il interagit avec un humain, il se perfectionne”.

“Honnêtement pour un devoir de niveau secondaire ChatGPT c’est suffisant, mais un étudiant en master ça va être une copie très limitée. Au niveau argumentation, compréhension profonde de la langue, le logiciel a des grosses lacunes”.

close

Ne manquez rien !

Inscrivez-vous pour recevoir l'actualité d'ANITI chaque mois.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

Categories: Actualités

Call for ANITI 2.0 chairs

X
fr_FRFrench